frenes

Henri Lebasque, cote et estimation

Henri_Lebasque_c._1900

Quelle est la valeur d'un tableau d'Henri Lebasque ?

Qui était Henri Lebasque ?

Henri Lebasque naît en 1865 à Champigné. En 1885, il étudie à l’Ecole des beaux-arts de Paris. Une fois ses études terminées, il intègre l’atelier de l’artiste Bonnat et participe dorénavant régulièrement aux expositions de l’association d’artistes et des Salons parisiens. Il cultive en outre l’échange avec de jeunes artistes, notamment Vuillard et Bonnard, fondateurs du mouvement des « Nabis » et de celui des Intimistes.
En 1903, il fonde avec Matisse et d’autres artistes le Salon d’automne qui se déroulera au Petit Palais à Paris. Dès 1912, un groupe d’artistes expose au Salon qui sera plus tard connu sous le nom des « Fauves » – un nom qui fait allusion à leur style artistique. Tout comme les Fauves, Lebasque change sa façon de travailler, en créant des aplats de formes et de couleurs, qui donnent une toute autre subtilité à ses œuvres.
Henri Lebasque se rend en 1924 au Cannet où son ami artiste Bonnard et lui partageront le même modèle pour leurs études picturales. Critiques d’art et artistes qualifient Henri Lebasque de « peintre de la joie et de la lumière ». Les sujets plaisants qu’il affectionne et la joie évidente qui transpire dans sa manière de traiter formes et couleurs lui valent estime et admiration. En 1937, le peintre décède au Cannet, dans les Alpes Maritimes. Une première rétrospective de son œuvre ne lui sera consacrée que vingt ans après sa mort, au musée des Ponchettes à Nice.

Lire la suite

Armand Guillaumin, cote et estimation

Armand Guillaumin

Armand Guillaumin, quelle valeur pour un tableau d'Armand Guillaumin ?

Qui était Armand Guillaumin ?

Jean-Baptiste-Armand Guillaumin, paysagiste français et aquafortiste, naît le 16 février 1841 à Paris. Il passe sa jeunesse à Moulins-sur-Allier. A l’âge de 17 ans, il s’installe chez son oncle à Paris et commence sa formation d’employé de commerce. Pendant son temps libre et ses soirées, Jean-Baptiste-Armand Guillaumin prend des cours de dessin chez le sculpteur Louis Denis Caillouette (1791 – 1868). A partir de 1860, il a un poste fixe à la direction de la société française de chemins de fer. Il fréquente l’Académie Suisse à partir de l’année suivante. Il entretient des contacts avec Paul Cézanne (1839 – 1906) et Camille Pissaro (1830 – 1903).

Lire la suite

Chu Teh Chun, cote et estimation

Chu Teh Chun estimation tableau

Chu Teh-Chun, une valeur sure sur le marché de l'art

Chu Teh Chun qui était-il  ?

Lire la suite

Hervé Di Rosa, cote et estimation

Hervé dI rOSA

Quelle est la valeur d'un tableau d'Hervé Di Rosa 

Hervé Di Rosa (né à Sète en 1959) est un peintre français contemporain, qui fut avec son frère Richard Di Rosa, François Boisrond, Rémi Blanchard et Robert Combas l’un des principaux artisans du mouvement français de la « Figuration libre », renouveau de la peinture dans les années 1980, une peinture décomplexée empruntant souvent à la BD, au rock et au graffiti.
Il s’installe à Paris en 1978 avec son ami peintre Robert Combas et il entre à l’École nationale supérieure des arts décoratifs.
En 1985, Hervé Di Rosa participe à la Biennale de Paris.

Lire la suite

Léo Putz, estimation et cote

Léo Putz

Quelle est la valeur d'un tableau de Léo Putz?

Revenons sur le parcours de l'artiste.

Lire la suite
Mots-clés :

Henri Manguin, cote et estimation

Henri Manguin

Henri Manguin, homme plein de joie de vivre, celui qu’Apollinaire surnommait « le peintre voluptueux », est né à Paris en 1874. 

A vingt ans, il est élève de l’Atelier Gustave Moreau à l’Ecole des Beaux-arts de Paris. Il y a là Matisse, Rouault et Marquet. Comme beaucoup, il expose une première fois au Salon des Indépendants, en 1902. Il devient sociétaire du Salon d’Automne auquel il restera fidèle tout au long de sa vie de peintre.En 1905, sa toile « La Sieste » fait partie de la salle du Salon d’Automne qui fût qualifiée, par dérision, de « cage aux fauves ».Manguin découvre le sud de la France, la Provence et Saint-Tropez (il séjourne chez Paul Signac). L’homme, plein de joie de vivre, est séduit par la lumière, s’enthousiasme pour les paysages, et y achète une maison en 1920. Il travaillera à Paris, en 1908, à l’Académie Ranson où il retrouvera notamment Albert Marquet. Il est en quête de paysages, qu’il traite essentiellement à l’aquarelle, et voyage sans cesse en France (Provence, Bretagne, Pays de Loire, etc.) et plus rarement à l’étranger (Suisse, Italie).

Lire la suite

Henri Auguste Solie, joaillier Art Nouveau

Henri Auguste Solie- Henri Vever

Henri Auguste Solié, estimation et cote des bijoux Art Nouveau

Un des grands joailliers à adopter le genre Art nouveau, Henri-Auguste Solié avait son atelier installé au 75 rue de Faubourg-Saint-Honoré à Paris, utilisant les thèmes organiques du mouvement et les fusionnant avec la forme féminine. Il expose à l'Exposition Internationale de Paris de 1900 où il présente une boucle inspirée de la danse de Loïe Fuller avec des rubans drapés illustrant la fluidité du mouvement.
Mais on sait peu de choses sur lui, il est cité dans le Vever mais rien de précis sur sa carriere.

Il est un joaillier au talent unique.

Lire la suite

Picasso les céramiques

Picasso les céramiques

Pablo Picasso - Les céramiques

Picasso visite, en 1946, avec Françoise Gilot Poteries- Fleurs – Parfums, l’exposition annuelle de Vallauris et effectue ses premiers essais chez Suzanne et Georges Ramié (atelier Madoura). De retour, l’année suivante, avec plusieurs dessins et projets, Picasso commence ses premières créations. Séduit par la « ville aux cent potiers », Picasso s’y installe de 1948 à 1955, dans une villa sur les collines : son activité créatrice se répartit, alors, entre son atelier du Fournas où il crée de nombreuses sculptures et l’atelier Madoura pour les céramiques.

Lire la suite

Igor Mitoraj, un sculpteur qui a la cote

Mitoraj un scupteur qui a la cote

Igor Mitoraj, quelle estimation pour ses sculptures ?

Les sculptures de Igor Mitoraj ont une cote stable. Si vous recherchez à acquérir un bronze de Igor Mitoraj, les premiers prix débutent autour de 500 euros pour "Cuirasse II", bronze mesurant 15 cm. Mais l'estimation moyenne tourne autour de 6000 à 9000 euros pour une torse "Aesclépios" en bronze;

Lire la suite

Henri Manguin, un peintre de la lumière

paysage-a-st-tropez-henri-manguin

Henri Manguin

C’est en 1904 que Henri Manguin découvre Saint-Tropez pour ne plus s’en détacher. Il est frappé par la lumière et la beauté de la végétation. Il loue la ville Demière durant l’été 1905 et de là naitront de nombreuses toiles majeures dans l’œuvre du peintre : l’atmosphère exalte le peintre qui traduit son bonheur par une peinture haute en couleurs, affirmée, intense, expressive.

Lire la suite

Willy Eisenschitz

Willy Eisenschitz

Willy Eisenschitz

Willy Eisenschitz est né en 1889,  fils d’un avocat juif. En 1911, il étudie l’art à l’Académie d’Art de Vienne. Il est bientôt fasciné par les mouvements modernistes français de cette époque. Comme il a un oncle qui vit à Paris, il a la chance d’aller à Paris et poursuit ses études d’art à la « Académie de la Grande Chaumière ». À l’Académie de Paris, il tombe amoureux de Claire Bertrand, et ils se marient peu de temps avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale Au commencement de la guerre, Eisenschitz décide de revenir en Autriche, mais il est arrêté et interné dans un camp. Son épouse Claire Bertrand le suit et en 1915 et 1916 et leurs deux enfants, Evelyn, et David, sont nés dans le camp. Après la fin de la guerre, la famille décide de s’installer en Suisse, Eisenschitz souffrant de tuberculose sévère. Ils se déplacent à Luzern et en raison du changement de climat, espérant une guérison de la tuberculose de l’artiste. Quelques tableaux existent encore de cette époque, de style très différent. En 1920, la famille déménage à Paris.

Lire la suite

François Xavier Lalanne

François Xavier Lalanne

François-Xavier Lalanne

C’est juste après la guerre, en 1945 que François-Xavier Lalanne s’inscrit à l’Académie Julian pour y étudier la peinture. Sa rencontre sur place avec les sculpteurs Constantin Brancusi et François Pompon le détourne de sa première passion et l’oriente vers la sculpture animalière. Se sentant artistiquement plus proche de l’art du XIXe siècle que contemporain, il se rattache lui-même à ce courant. Il rencontre sa future femme Claude en 1956 et décide de travailler avec elle. Leur duo complémentaire ne cessera pas, Claude travaillant sur les végétaux tandis que lui se concentre sur ses moutons, oies, et autres créatures de bronze. Cinquante années de carrière d’une remarquable constance, avec des expositions dans le monde entier et de nombreuses commandes publiques (Manufacture de Sèvres, le Jardin des Halles, la fontaine de la Défense). Les milliers d’oeuvres produites ont séduit bien des collectionneurs, surtout issus du milieu de la mode et l’on peut trouver l’un de ses moutons au centre Pompidou. Alors que la maison d’édition Flammarion célèbre la parution d’une monographie sur le couple en 2008, que François-Xavier Lalanne décède, à l’âge de 81 ans.

Lire la suite

Issachar ber Ryback

Issachar ber Ryback

Issachar ber Ryback

Né en Ukraine, Issachar ber Ryback suit ses études artistiques à l’Académie des beaux-arts de Kiev dès 1911 puis est envoyé en 1916, avec El Lissitzky, en expédition afin d’étudier l’art et l’architecture des synagogues à Moscou par la Société ethnographique juive. Il s’installe définitivement à Paris en 1926 où son atelier est un lieu de rencontre pour des artistes et des intellectuels comme Chagall, Modigliani et Soutine. Il rejoint alors l’Ecole de Paris qui regroupe grand nombre d’artistes d’origine juive venus d’Europe de l’est et de Russie. Il rencontre alors Makowski, Zak, Markus, ou Mutermilch. A Paris, il adopte un nouveau style de réalisme, représentant la vie du “shtetl” russe et faisant ressortir le caractère distinctif et puissant de ses sujets yiddish. Il se lance, dans le contexte de la révolution russe, et élabore avec ses amis artistes une expression artistique spécifiquement juive, qui puisse concilier la tradition avec la modernité, dans laquelle le groupe s’engage. Au début des années 1930, l’artiste devient incontournable et est le sujet de nombreuses expositions dans les galeries parisiennes. A ses débuts proches des cubistes, il s’oriente vers des thèmes touchant au folklore juif par la suite. Son travail coloré et contrasté, avec des personnages qui semblent sculptés, montre que Ryback cherche sa propre voix dans une peinture qui semble, alors, plus spontanée.

Lire la suite

Fernand Léger et les Céramiques

Fernand Léger et les Céramiques

Les Céramiques de Fernand Léger

Dès 1937, Fernand Léger s’intéresse à la décoration murale. S’il utilise la peinture pour des créations telles que Le Transport des forces, commande de l’Etat pour le pavillon français de l’Exposition universelle et la maison de Rockefeller, ses décorations murales pour l’hôpital de Saint-Lô et le restaurant de La Colombe d’or à Saint-Paul-de-Vence sont respectivement réalisées en mosaïque et en céramique. L’intérêt de l’artiste pour cette dernière technique va croissant et dès 1950, il vient régulièrement à Biot où l’un de ses anciens élèves, Roland Brice et son fils Claude, tous deux céramistes, sont installés. Une collaboration fructueuse s’établit alors entre le peintre et les céramistes qui travaillent à partir des dessins de l’artiste.
Cette exposition présente environ quatre-vingt œuvres du musée et de collections particulières, des documents et des photographies qui témoignent de la créativité de Léger dans ce domaine, ainsi que des œuvres préparatoires et différents essais.

Lire la suite

Chana Orloff, femme sculpteur

Chana Orloff, femme sculpteur

Chana Orloff

En 1904, la famille Orloff émigre en Israël, chassée par les pogromes. Six ans plus tard, Chana part pour Paris. Son intention est d’obtenir un diplôme de couture. Elle travaille chez Paquin qui la remarque et l’encourage à développer ses dons artistiques.
Après une formation classique à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs, elle étudie la sculpture à l’Académie Russe à Montparnasse. C’est alors qu’elle se lie avec Soutine, Modigliani, Pascin, Zadkine…

Lire la suite
Mots-clés :

Auguste Rodin, sculpteur français

Auguste Rodin, sculpteur français

Auguste Rodin, sculpteur français

 

Lire la suite
Mots-clés :

Henri Barnoin

Henri Barnoin

Henri Barnoin

Victor Giffard photographe et correspondant de presse l’écrit dans ses médaillons d’artistes : ” Henri Barnoin comme tant d’autres séduit et charmé a fait de la Bretagne sa terre d’élection. Des rochers de Saint-Guénolé aux chapelles du Faouet, de Saint-Michel de Quimperlé aux tours de Saint-Corentin, de la baie de Douarnenez à la Ville Close de Concarneau, dans tous les coins de Cornouaille il a planté son chevalet. Travailleur infatigable, il est partout le pinceau à la main… Vêtu de toile bleue, béret en tête, il peint avec entrain, avec fougue… Les tons harmonieux et vibrants d’une palette distinguée sont chez lui au service d’une vision personnelle… »

Lire la suite

Emile Bernard

Emile Bernard

Emile Bernard et Vincent

Bernard voit travailler Vincent à l atelier Cormon avant de le rencontrer chez le père Tanguy, leur marchand de couleurs. Très rapidement, malgré leur différence d âge – Bernard a 20 ans – ils deviennent très proches, et Bernard vient souvent passer ses soirées à l appartement de la rue Lepic.
En septembre, ils travaillent ensemble à des portraits du père Tanguy.
En novembre, l exposition au « Grand Bouillon » regroupe Anquetin, Bernard, Lautrec, Koning, Guillaumin, les Pissaro…
Suite à une lettre de Bernard qui se dit déprimé et isolé, Vincent écrit à Théo : « Bernard est au fond un tel tempérament ! il est quelquefois fou et méchant mais certes ce n est pas moi qui ai le droit de le lui reprocher cela, parce que je connais trop moi-même la névrose, et je sais que lui ne me reprocherait pas non plus ».

Lire la suite

Marcel Wibault

Marcel Wibault

Marcel Wibault

Membre de la Société des Peintres de Montagne depuis 1976, Marcel WIBAULT reste le doyen d’âge, jusqu’à son décès, à Chamonix en février 1998, où il peignait encore quelques jours avant de s’éteindre dans son chalet.
Son œuvre est très abondante : environ 4000 pièces, acquises pour la plupart par des collectionneurs français et étrangers.
Son travail remarquable séduira une très grande clientèle, souvent fidèle, qui lui commandera également des portraits. Parmi ces clients, le Prince Rainier III de Monaco, des notables de la Cour des Pays-Bas…

Lire la suite

Henri Martin, estimation tableau

Henri Martin, estimation tableau

Henri Martin, estimation et expertise

Henri Martin (1860-1943) est un peintre influencé par les néo-impressionnistes mais classé comme symboliste poétique et surtout très apprécié des institutions au début du XXème siècle, réalisant à la commande, portraits officiels et décors de mairies. Couvert d'honneurs par la IIIe République, il a notamment réalisé des décorations pour le Capitole de Toulouse, la Sorbonne, l'Hôtel de Ville de Paris, le Conseil d'Etat ou un salon de l'Elysée. Mort en pleine deuxième guerre mondiale, son nom est aussitôt tombé dans un oubli relatif.

Lire la suite

DEMANDER UNE ESTIMATION GRATUITE

Glisser-déposer les fichiers ici ou parcourir