frenes

Alfred Janniot, un des plus grands sculpteurs figuratifs de l'entre-deux-guerres

Alfred Janniot, un des plus grands sculpteurs figuratifs de l'entre-deux-guerres

Alfred Janniot, un des plus grands sculpteurs figuratifs de l'entre-deux-guerres

            Alfred Janniot est un sculpteur français né en 1889. Avant de combattre dans la Première Guerre mondiale, il se forme à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. En 1919, sa carrière artistique se lance en remportant avec Raymond Delamarre le premier prix de Rome en sculpture. Ses œuvres, de style figuratif, sont principalement des reliefs et des sculptures-volumes de grandes tailles, comme le bronze Nymphe de droite de l’Hommage à Jean Goujon d’1m88, conçu en 1924. Pour ceux-ci, il s’inspire d’abord de Rodin, Bourdelle, et Maillol. Toutefois, il réalise aussi quelques dessins, représentant surtout des nus. Lors de l’Exposition des Arts décoratifs de 1925, il présente Léda et le Cygne, mais aussi La Vigne. La même année, il reçoit sa première commande publique : avec l’architecte Roger Séassal, il conçoit un monument aux morts à Nice. Ensuite, les reliefs d’Alfred Janniot décorent de nombreux majeurs bâtiments publics et d’art. En effet, il orne la façade du Palais de la Porte-Dorée d’un imposant bas-relief en 1931. De plus, en 1934, il offre un autre bas-relief à l’Hôtel de ville et au bureau de poste de Puteaux. La même année, il décore la façade de la Maison de France au Rockefeller Center à New York d’un bas-relief doré, Friendship between America and France. En outre, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1937, il orne l’esplanade du Palais de Tokyo de deux grands bas-reliefs. Alors que ses œuvres continuent de décorer divers monuments, Alfred Janniot présente le buste de Madame Janniot à la Biennale de Venise de 1938, une des plus importantes expositions d’art. Deux ans plus tard, l’Etat lui commande un torse en bronze. Ainsi, le sculpteur n’est pas seulement reconnu pour ses reliefs, mais il l’est également pour ses sculptures-volumes phénoménales.

Lire la suite

Ernest Meissonier, un artiste acclamé de son vivant et critiqué à sa mort

Ernest Meissonier, un artiste acclamé de son vivant et critiqué à sa mort

Ernest Meissonier, un artiste acclamé de son vivant et critiqué à sa mort

            Ernest Meissonier est un peintre, sculpteur, et illustrateur français né en 1815 et décédé en 1891.

Lire la suite

Antoine Bourdelle, un des plus grands sculpteurs du XX° siècle

Antoine Bourdelle, un des plus grands sculpteurs du XX° siècle

Antoine Bourdelle, un des plus grands sculpteurs du XX° siècle

 

Lire la suite

Georges Guyot, un artiste fasciné par les animaux

Georges Guyot, un artiste fasciné par les animaux

Georges Guyot, un artiste fasciné par les animaux

 

Lire la suite

Clésinger, prix des sculptures sur le marché

Clésinger, prix des sculptures sur le marché

Jean-Baptiste Clésinger dit Auguste (1814-1883) est un sculpteur et peintre français.

Clésinger apprend la sculpture auprès de son père, grand sculpteur académique, Georges-Philippe Clésinger. Ce dernier l’emmène à Rome six ans, où il deviendra l’élève de l’artiste danois néo-classique Bertel Thorvaldsen qui l’influence pour le reste de son œuvre.

Lire la suite

François Pompon, panthère, bronze

François Pompon, panthère,  bronze

François Pompon, Panthère noire, oreilles couchées -  Sculpture, VENDUE

 

Lire la suite

Auguste Rodin, la danse, sculpture

Auguste Rodin, la danse, sculpture

Auguste Rodin, Sculpture, Vente aux enchères du mercredi 17 janvier 2018



Auguste RODIN (d'après) - Etude pour le mouvement de danse "E" -Dimensions : 35,1 x 10 x 19,6 cm (hors base en marbre)

Lire la suite

Arman, la mort de Justine, sculpture

Arman, la mort de Justine, sculpture

Arman, sculpture, vente aux enchères, 

N°35

Lire la suite

Jean-Baptiste Carpeaux, sa cote sur le marché de l'art

Jean-Baptiste Carpeaux, sa cote sur le marché de l'art

Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875) est un sculpteur et peintre d’origine française.

D’une famille ouvrière, Jean-Baptiste Carpeaux montre rapidement un intérêt pour les arts graphiques et la sculpture. En 1838, sa famille déménage pour la capitale et il commence à suivre une formation de dessin et sculpture à l’Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs. Puis, il intègre en 1844 l’Ecole nationale des Beaux-Arts et entre dans l’atelier du sculpteur François Rude. Il remporte en 1854, le prix de Rome, mais ne s’installe à la Villa Médicis qu’en 1856 car il dût honorer ses premières commandes avant son départ. Il voyage dans toute l’Italie et étudie les grands maitres italiens qu’il commence à copier.

Lire la suite
1000 caractères restants
Ajouter les fichiers