frenes

Hans Baluschek, un artiste engagé, cote et estimation

Hans Baluschek, un artiste engagé

Hans Baluschek, classé parmi les artistes marxistes par les Nazis, est un artiste aux multiples talents à redécouvrir

Si les tableaux se font rares en ventes aux enchères publiques, les dessins, gouaches et lithographies sont plus accessibles. La cote de l'artiste Hans Baluschek est très élastique, allant de 3.000 à plus 40.000 euros pour des sujets historiques pour les tableaux et gouaches  et de quelques centaines d'euros pour les estampes. 

Revenons sur le parcours incroyable de cet artiste.

Hans Baluschek (1870-1935) était un peintre, graphiste et écrivain allemand.

Baluschek était un représentant éminent du réalisme critique allemand et, à ce titre, il cherchait à dépeindre la vie des gens du peuple avec une franchise éclatante.
Ses peintures étaient centrées sur la classe ouvrière de Berlin. Il appartenait au mouvement de la Sécession berlinoise, un groupe d'artistes intéressés par les développements modernes de l'art.

Cependant, de son vivant, il était surtout connu pour ses illustrations fantaisistes du populaire livre pour enfants Le voyage de Petit Pierre vers la lune (titre allemand : Peterchens Mondfahrt).
Après 1920, Hans Baluschek est un membre actif du parti social-démocrate allemand, qui professe encore à l'époque une vision marxiste de l'histoire.

Hans Baluschek est né le 9 mai 1870 à Breslau.

 C'est pendant son enfance que Hans Baluschek a développé une fascination pour les chemins de fer, qui se manifestera plus tard dans ses peintures.

Au cours des années 1880, le jeune Baluschek est profondément impressionné par une exposition berlinoise de peintures de l'artiste russe Vassili Vereshchagin, dont les œuvres dépeignent les horreurs de la guerre, en particulier la guerre russo-turque de 1877-78.
Ces tableaux ont été largement débattus dans les cercles artistiques berlinois, où leur réalisme graphique a choqué certains. Baluschek a commencé à copier des tableaux et à peindre ses propres scènes de guerre à la manière de Vereshchagin, dont l'influence peut être détectée dans certaines des œuvres ultérieures de Baluschek.
À Stralsund, il est influencé par le professeur Max Schütte, qui enseigne à ses élèves les principes du socialisme, en mettant particulièrement l'accent sur la relation entre les questions économiques et sociales - et qui est finalement renvoyé en raison de ses opinions politiques de gauche.
Baluschek et ses camarades de classe se consacrent à l'étude des ouvrages politiques de Tolstoï et de Zola, alors très populaires. Lorsque Baluschek a passé son Abitur (examen de fin d'études) en 1889 et a été diplômé du Gymnasium, il a déclaré qu'il souhaitait devenir peintre.

Après avoir obtenu son diplôme, Baluschek a été admis à l'université des arts de Berlin (Universität der Künste), où il a fait la connaissance du peintre allemand Martin Brandenburg, avec lequel il allait entretenir une amitié de toute une vie.

Dans les années 1890, il réalise des illustrations des différences entre les classes sociales et de la vie prolétaire à Berlin, dans lesquelles il s'écarte enfin des techniques traditionnelles.

Baluschek quitte l'université des arts en 1893 et commence à travailler en tant qu'artiste indépendant, se concentrant désormais presque exclusivement sur les différences entre les classes sociales - ce qui fait de lui un outsider dans le milieu artistique conservateur de l'Allemagne wilhelmine. Entre-temps, il lit les œuvres gauchistes de Gerhart Hauptmann, Tolstoï, Ibsen, Johannes Schlaf et Arno Holz et est fortement influencé par la littérature naturaliste.
La période principale du développement artistique de Bakluschek commence en 1894 et s'étend sur deux décennies, jusqu'au début de la Première Guerre mondiale en 1914.

Baluschek s'identifie à l'opposition à l'art représentatif traditionnel et noue des relations avec les artistes du cercle dominé par l'impressionniste Max Liebermann (classé plus tard par les nazis comme pratiquant un "art dégénéré").
Les peintures de Baluschek de cette période montrent la vie dans la banlieue de Berlin, où la construction d'usines, de complexes d'appartements et de chemins de fer était en plein essor. Ses thèmes favoris étaient les usines, les cimetières et, surtout, les travailleurs berlinois.

À cette époque, Baluschek entretient une relation amicale avec le poète d'avant-garde Richard Dehmel, connu pour des poèmes tels que Le travailleur (Der Arbeitmann) et Quatrième classe (Vierter Klasse). Baluschek a réalisé une illustration de couverture pour le recueil de poèmes de Dehmel, La femme et le monde (Weib und Welt), paru en 1896.

À peu près à cette époque, Baluschek a développé son propre style de peinture, utilisant des techniques d'aquarelle et de gouache ; il peignait rarement à l'huile. La surface était d'abord préparée avec un crayon à la craie grasse, qui, selon Baluschek, était particulièrement réceptif aux tons urbains gris de la classe ouvrière berlinoise.

Dans la seconde moitié des années 1890, Baluschek acquiert progressivement la reconnaissance de la scène artistique berlinoise, notamment après les expositions de 1895-1897 avec Martin Brandenburg. Bien que Baluschek ait été exposé auparavant dans de petites galeries, ces expositions constituent sa première exposition à un public plus large. Alors que Liebermann et d'autres artistes avaient peint des thèmes prolétariens, le travail de Baluschek était désormais considéré comme nouveau et inhabituel.

Le collectionneur d'art berlinois Karl Bröhan a noté que "l'honnêteté directe" des "tranches de vie" de Baluschek était "dérangeante et provocante". Sa description du cadre de vie inhumain et des conditions de travail sombres qui se cachent derrière la façade souvent clinquante de la société montrait, selon le critique d'art Willy Pastor, "qu'il y avait plus de choses cachées dans les coulisses qu'une histoire confortable".
Lors de ces expositions, les critiques d'art se promenaient avec étonnement d'un tableau à l'autre, que certains trouvaient dépourvus de goût et de raffinement. Dans des œuvres telles que Hasenheide Amusement Park 1895, une ambiance de vacances superficielle contraste avec les expressions aigrelettes des prétendus fêtards.
Dans Here a family can make coffee (1895), les visages usés et ternes des femmes évoquent une humeur similaire, tandis que dans Tingle-tangle (1890), l'intérieur patriotiquement décoré d'une boîte de nuit contraste avec la performance osée d'une prostituée.
Dans Berlin Amusement Park, un adolescent fumeur de cigarettes contraste avec un enfant qui gonfle un ballon, et l'aquarelle New Houses (1895) représente des rangées monotones de nouveaux immeubles vides près d'une usine.

À la fin du XIXe siècle, la scène artistique berlinoise s'est scindée en deux camps en raison du mécontentement des artistes novateurs à l'égard des expositions officiellement sanctionnées dans les musées de la ville. Sous la direction de l'impressionniste Walter Leistikow, le groupe artistique "XI" est créé en 1892, et Baluschek est invité à participer aux expositions de XI.


En 1898, de nombreux membres de XI, également dirigés par Leistikow, ont formé la Sécession berlinoise - parmi eux Baluschek, qui est devenu le secrétaire du groupe. La Sécession a également recruté des artistes allemands tels que Käthe Kollwitz, Otto Nagel et Heinrich Zille et a défendu l'impressionnisme français, le pointillisme et le symbolisme.
Baluschek présentait régulièrement ses œuvres dans les expositions de la Sécession, devenant ainsi le souffre-douleur des critiques conservateurs. Par exemple, Waldemar Count von Oriola, député du Reichstag et membre du parti national libéral, qualifie son travail de "parodie effrénée des normes esthétiques".

En 1908, Baluschek devient membre du conseil d'administration de la Sécession berlinoise, ce qui l'amène à participer à des débats de plus en plus conflictuels. L'avènement de l'expressionnisme donne lieu à des disputes entre les membres de la Sécession.

La Première Guerre mondiale a eu une profonde influence sur la scène artistique berlinoise et sur les artistes individuels. La déclaration de guerre de l'Allemagne à la Russie et à la France a libéré les tensions refoulées qui s'étaient accumulées pendant des décennies en raison des relations internationales tendues et des crises répétées.
Même dans la communauté artistique, on observe des expressions patriotiques optimistes, bien que quelques artistes allemands, tels que Kollwitz et Nagel, ne participent pas à la vague d'enthousiasme populaire. Baluschek et Liebermann font partie de ceux qui contribuent au journal Wartime (Kriegszeit) du critique d'art Paul Cassierer, une tentative de montrer le soutien de la communauté artistique à l'effort de guerre, et à la publication hebdomadaire Artists Journal of the War (Künstlerblätter zum Krieg).
Plusieurs anciens membres de la Sécession, dont Beckmann et Erich Heckel, se sont portés volontaires dans l'armée allemande.
La position patriotique de Baluschek est en contradiction avec son aversion de longue date pour la monarchie des Hohenzollern, mais elle reflète peut-être un ressentiment sous-jacent à l'égard de l'influence omniprésente de l'art français en Allemagne. En 1915, il a contribué à près de deux douzaines de dessins pour une carte de guerre publiée sous les auspices d'une association hospitalière. Elle comprend des illustrations d'armes modernes accompagnées d'un "texte patriotique élogieux", ainsi que des représentations macabres de scènes de bataille et d'hôpitaux de campagne.

Bien qu'âgé d'une quarantaine d'années, Baluschek s'est porté volontaire pour le service militaire et, en 1916, a été affecté en tant que réserviste, d'abord sur le front occidental, puis sur le front oriental. Pendant son séjour dans l'armée, il a dessiné des représentations plus solennelles de scènes de bataille.
(Son ami proche Martin Brandenburg, un camarade sécessionniste, a été gravement blessé dans les combats, perdant un œil, et devait mourir de ses blessures après la guerre en 1919). Le tableau de 1917 de Baluschek, Vers la patrie (Zur Heimat), représente le cercueil d'un soldat portant des médailles, chargé pour être transporté en Allemagne, et évoque le sacrifice patriotique du soldat.
La fin de la guerre en 1918, avec son issue catastrophique pour l'Allemagne, ébranle profondément Baluscheck, qui se tient à l'écart de la révolution qui a donné naissance à la République de Weimar. Sa production artistique se réduit à quelques illustrations et à un autoportrait à l'expression sombre.

Baluschek a illustré un certain nombre de périodiques, dont la bannière nationale illustrée sociale-démocrate (Illustrierte Reichsbannerzeitung), ainsi que des livres scolaires et des romans ; sa fascination pour les transports ferroviaires transparaît dans les illustrations de cette période.
Il appartenait à l'aile gauche des sociaux-démocrates et était à l'aise avec les activités des communistes, une force politique importante dans l'Allemagne de Weimar.
Baluschek fait partie des dix artistes allemands de gauche qui ont participé à la conférence internationale contre la guerre organisée à Amsterdam en 1924. En 1929-31, il a été directeur de l'exposition d'art du Grand Berlin.
Comme on pouvait s'y attendre, après l'arrivée au pouvoir des nazis en janvier 1933, ils ont qualifié Baluschek d'"artiste marxiste" et ont classé son travail dans la catégorie de l'art dégénéré (Entartete Kunst).
Il est démis de tous ses postes et interdit d'exposition.
Hans Baluschek est mort le 28 septembre 1935 à Berlin.

 

Estimation, expertise et vente de tableaux et dessins de Hans Baluschek

Si vous possédez une oeuvre dont vous souhaitez l'expertise, nos experts vous communiquent gratuitement une estimation en ligne, vous permettant d'évaluer à sa juste valeur votre oeuvre. Notre maison de vente aux enchères vous propose ensuite une assistance pour la vente de votre tableau, bénéficiant des conseils de nos experts. Notre cabinet intervient également dans le cadre de succession, de partage, et d'assurance.

Articles en rapport

DEMANDER UNE ESTIMATION GRATUITE

Glisser-déposer les fichiers ici ou parcourir